mardi 17 novembre 2015

2e LUT de l'année... By Night !

Toujours dans le cadre de ma préparation pour la Saintelyon, j'ai inscrit ce LUT By Night dans mon calendrier pour plusieurs raisons :
  • pleins de potes sur place (dans l'orga, derrière la caméra, de TO69, et quelques amis touristes venus du sud...)
  • y a moyen de faire une grosse séance seuil en milieu urbain et vallonné, parfait pour bosser et faire le point ! (2 WE de suite, je pense qu'en fait j'adore ça)
  • conditions de nuit et urbaines idéales pour se mettre dans l'ambiance du jour J
Bref répétition, en mode rapide tout de même car je suis pas venu là pour flâner.
Les semaines sont toutefois chargées avec de difficiles entraînements et je n'arrive pas si frais que ça. C'est le jeu ma pauvre Lucette !

Ça fait partie de la manœuvre finalement à un mois de la doyenne (comprendre la Saintelyon, pas Lucette...).

Un-détail-pour-vous-mais-qui-pour-moi-veut-dire-beaucoup : la météo n'était pas homologable pour une répétition STL... là c'était carrément l'été indien. Course en short et tshirt, un 7 Novembre. L'ensemble Cimalp habituel est donc de sortie ! What else !

Difficile de faire mieux, bravo à l'orga du LUR pour ce coup de maître. La météo y a ceux qui la maîtrise...et les autres... ;)


Au retrait du dossard j'ai la joie d'être servi par un copain de la tribu Kikourou, FranckDeBrignais (bravo Franck tu fais ça super bien ^^). Je serais donc le dossard 724.

Je croise également Arthur (LUR), qui m'annonce avoir quelque peu modifié le tracé en ajoutant une "petite surprise" de 500m... parce qu'avec des coups de cul surprises, c'est plus sympa !

On est bien ! Et après un retour à la maison, me revoilà sur site paré pour une jolie balade dans Lyon.

Sur place, il y a un monde fou ! 6000 participants sont attendus. Je ne parviens pas à reconnaître/croiser les copains... tant pis. On commence donc par un tour de chauffe avec les TO69 après un regroupement au lieu fixé.

On décide de s'aligner aux avants postes en espérant éviter les bouchons. C'est une de mes plus grosses craintes quand je vois le monde présent...

Bref le décompte est donné. Et bim ! Sous un bon U2, décollage pour 26km, 850D+. La horde est lâchée.

Devant ça part très vite, je pars vite, trop vite et je le sais. Mais comme je suis venu pour me taper dessus... je joue sur le fil. Je me vois tout de même contraint de réduire l'allure dans les montées avant d'en payer le prix fort. Je ne me sens pas en ébullition, par contre mon manque de fraîcheur oui je le sens bien !

C'est pas la joie...
Je perdrais donc quelques places en montée... Au 4e km, le point dur du parcours : un vilain up & down autour de la Sarra.

On commence par la montée des escaliers de la Sarra. Ils marquent pour moi une belle chute de régime. C'est dur... et je perds des places dans cette montée. Arrivé en haut et une fois le souffle repris, c'est DownHill brutal dans la descente de la Sarra sur gazon cette fois (labouré), je me refais la cerise (quelques places) en mode avion... finalement assommé juste après par la remontée de la Sarra et une nouvelle série d'escaliers (que je courais pourtant bien pendant la reco...).

... mais le moral revient vite !
Là c'était difficile à passer avec le sourire. Clairement je ne fais pas le malin.
Km 6, retour au plat : le calvaire est terminé ! Oui je viens bien de dire km 6... du jamais vu.
Mal barrée l'histoire...

Je change donc de mode de fonctionnement et rétrograde un peu pour prendre du plaisir et enchaîner par la traversée de la passerelle des 4 vents (photos). Comme les photos le montrent ce fut nettement mieux et le sourire est vite revenu !

On file droit sur ma descente d'escaliers fétiche : De Lange au complet jusqu'à St Paul, avec ses 768 marches. C'est la fête pour moi et je bats même mon record perso sur la 1ere partie. Beaucoup de places reprises et de concurrents verts de me voir descendre si vite... génial, le moral remonte, la course commence pour moi. Par contre slalomer entre les concurrents... c'est ce que j'ai pas apprécié. Mais je me dis que je le savais en m'inscrivant...

Après une nouvelle descente d'escaliers en slalomant et la traversée de l'esplanade de la basilique st Jean sous les encouragements du public, nous traversons la Saône pour foncer vers Ste Foy !


J'ai hâte d'être au single de Ste Foy que j'ai découvert à la reco intégrale. Un single dans un bois en pleine ville, c'est le top :) En entrainement je l'ai refait plusieurs fois de nuit avec la bonne surprise d'y croiser des salamandres ! (Photos sur un prochain article )

Je déroule bien mieux à partir de là, sur un rythme correspondant plus à ma forme du moment.

km 15/16, Mention spéciale à l'équipe de joyeux lurons positionnés à la cabane du parc aventure : J'avais jamais vu çà, on débarque du noir absolu sur une cabane allumée de toute les couleurs, la musique à fond !

Accueil festif comme jamais et avec une musique juste improbable... être accueilli avec la chanson des Sardines de Patrick Sébastien, c'est du délire ! Merci à eux, je me suis bien marré !

C'est donc au beau fixe que j’enchaîne vers le début du single que j'affectionne. Pas de bouchon, super ! Arrive le 2e ravito au 18e, banane, remplissage de flasque et c'est reparti. Je suis de nouveau en canne, et je me mets à doubler.

Mais... 500m plus tard à l'entrée du passage le plus sympa, c'est arrêt net. Je me retrouve bloqué derrière une file de coureurs qui avance pas... et pas moyen de doubler... Je m'y attendais finalement... Donc je prends mon mal en patience...

A l'issue de ce single, je me décide à appuyer et rebascule en mode PacMan pour rattraper mon retard. Je reviens dans l'esprit d'une sortie seuil et me convainc de ne plus rien lâcher jusqu'à l'arrivée, dans 6km environ. Les jambes travaillent, mais ça tient bien.

Les km défilent et je reprends des places en pagaille. On recoupe alors avec le 10km, et il devient difficile de savoir si l'on double ou pas tant il y a du monde (26 + 10km).

Km 24, voila la blague annoncée par Arthur. On reprend la montée du Télégraphe empruntée au tout début du parcours ! Je sais que l'arrivée n'est plus très loin et je pousse pour grimper au milieu des coureurs du 10km. Je monte dans les tours et relance au replat. Ça tient !

On surplombe maintenant le théâtre antique et je comprends alors que l'on va passer par les jardins de Fourvière en contre bas pour remonter ensuite. C'est drôle mais à ce moment là mes deux quadris durcissent comme du bois, je me dis que les crampes approchent... me mets à marcher pour faire passer, étire rapidement appuyé sur une voiture, et repart avec mes poteaux... ça passera finalement une centaine de mètres après. Ouf !

Je reprends de la vitesse dans les jardins, double à la pelle. L'arrivée est proche et je me lance dans le sprint final dans un couloir de lumière mis en place pour l'occasion en plein centre du théatre ! Décor de haute volée ! 

Je donne le dernier coup de collier et passe la ligne en 2h50. 406e/1725. 

Le chrono remet les pendules à l'heure, et finalement (après une période de déception) j'en tire un bilan correct. Les entraînements laissent des traces et cette soirée en est le résultat. Je me dis finalement que c'est un bon présage pour la STL car ça veut dire que j'ai bien bossé en amont. Et puis je me dis aussi que je suis encore une fois à l'aise après un certain temps de chauffe.
Diesel ? on dirait bien ;)

Un fois arrivé, c'est trop de monde, encore trop de monde. Ravito d'arrivée bien ravagé par les coureurs du 10km. Je m'extirpe deux verres et me dirige vers le retrait du sac en consigne. (Que j'avais confié à ce cher Arclusaz). Et là ça coince, nous sommes des centaines agglutinés devant la consigne, les sacs peinent à sortir malgré tous les efforts des bénévoles...

J'en profite pour passer un coup de gueule à tous les bourrins qui pensent que siffler et pousser fait récupérer son sac plus vite... (c'est aussi pour ces comportements que j'aime pas quand il y a trop de monde...)

Bref au bout d'une attente quelque peu longue et "fraiche", je récupère mon sac et me change immédiatement pour me réchauffer. Si les bénévoles et copains du LUR/Kikourou n'ont pas été vaccinés par ce difficile moment à vivre, je suis convaincu que ce point sera nettement amélioré l'année prochaine ! Tout le reste était top, y a pas de raisons ;)

Bon je n'ai pas pu voir les copains mais tant pis c'est remis aux prochaines sorties, et avec la bière ;)

Concernant ma petite baisse de régime, elle sera rapidement corrigée une fois les blocs d’entraînements passés afin d'être au mieux pour le gros objectif de l'année !
La récup fait partie de l'entrainement pas vrai ?

Je suis confiant, c'était mon dernier dossard de préparation ! 
Encore une grosse sortie longue et je ralentis !

La plus grosse lampe au monde était là pour l'occasion (dixit la marque en question)




Pour vous partager l'ambiance durant ce LUT By Night, je vous fait passer les deux excellentes videos :

  • De Laurent, du travail de pro avec cette video maintenant officielle 

LUT By Night 2015 from Extra l'Agence on Vimeo.


  • De Nono, pour une vue de la course de l'intérieur

Lyon Urban Trail Night 2015 from norbert on Vimeo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire