vendredi 24 juillet 2015

Trail des Passerelles du Monteynard : Caliente !

Après un premier abandon au Puy en Velay pour tendinite, j'ai eu ma traversée du désert. Un mois d'arrêt avec multiples tentatives de reprise, sans succès. Pas simple comme passage...

C'est donc dans un ultime essai plein d'espoir que je m'aligne sur le départ du Trail des passerelles de Monteynard.

Le parcours est annoncé comme magnifique et plutôt roulant.

Positive attitude : Je me l'imagine donc idéal pour une reprise sans se faire mal (à tous points de vue).

Alors évidemment après un mois OFF, sans entrainement... je n'espère pas grand chose en terme de perf.

Mon objectif est en fait très simple : Finir, sans dégâts, en priant pour que la tendinite moyen fessier soit réglée. Peu importe le temps, je veux juste prendre du plaisir !

Coté décor, on est servis, superbe lac turquoise, cerclé par les montagnes autour, Mont Aiguille, Grand Veymont, Sénépy et les jolis barres rocheuses environnantes coté Vercors. Superbe. Le jour se lève doucement il fait frais et j'en profite après les nuits difficiles en ville.

Ça commence donc bien, le lieu est franchement chouette, et c'est d'autant plus plaisant que la journée va être partagée avec la fine équipe : Mathieu & son couz triathlète Alexis. Je sais également que je croiserais Nono avec qui j'ai gardé un super contact depuis notre rencontre au LUT :)

La brochette de bras cassés dans l'ordre : Moi même, Mathieu en mode Anton etAlexis le triathlète :)

C'est donc plein d'envie que j'aborde cette journée et ça se voit : Big Smile Today !

Coté météo çà s'annonce chaud, voire très chaud... on verra bien ! Je pars donc avec beaucoup d'eau : mon camel de 1l + 2 bidons.

Coté matos, mon ensemble Cimalp fétiche, mes buffs multifonctions et l'indispensable suunto !
Pour les shoes, j'ai choisi mon coup de coeur trail : mes nouvelles Saucony Peregrine 5. Je les avais testées sur une sortie de 10km où je m'étais régalé malgré la convalescence, aucune hésitation donc pour cette journée plaisir ;)

Voilà ! Ça faisait longtemps que j'avais pas fait de course avec autant de monde : 750 traileurs pour ce 35km et ses 1900D+ annoncés.

Après un petit briefing et un décompte très attendu, le départ est donné sous un grand soleil. Il fait pour le moment encore bon !

Le début est assez plat jusqu'au premier ravito au 11e. Je me dit qu'un rythme correct sans se cramer sera assez simple et je pars donc sans complexe en cherchant à me trouver un trou sans trop de monde (comme d'hab quoi).

Je ne force pas et déroule le plus souplement possible, tout en cherchant à capter des alertes au niveau de ma hanche et sa chère tendinite... En fait les sensations sont bonnes, à priori rien à signaler. Mais je me méfie et ne m'emballe pas pour autant.

Aaaah le début...festif ! Un coucou à Laurent Brière en plein tournage !



Le plaisir est au rendez vous, c'est le top, pas de douleur ressentie, je baigne dans l'optimisme !
Mais... il commence à faire chaud en fait... Bon on ne s'affole pas et on bois bien, ça reste gérable !

Après quelques faux plats montants et des mini up&down, nous arrivons au premier point fort :
la passerelle himalayenne enjambant l'Ebron. 

La vue est superbe : eau turquoise, vue de ouf sur les montagnes autour, on traverse sur un pont suspendu qui tangue pas mal, c'est fun et le décor est à tomber !

Beaucoup ralentissent pour faire une photo, on profite !




Photographe spotted !

La première traversée de passerelle donne le ton... je me régale et ça se voit !

On se prend ensuite une petite bosse d'échauffement. Ça se monte bien, et je prends même du plaisir en me lachant prudemment dans la descente : toujours pas de douleur ressentie :)

Par contre il commence à faire sérieusement chaud. Je bascule mon buff en mode désert, il ne s'agit pas de faire une insolation ou déshydratation. Donc je bois bien, le ravito du 11e approche et je pourrais recharger.

Directement après la descente, on tombe sur la 2e passerelle du parcours : celle qui enjambe le Drac. Là encore c'est beau et j'en profite pour refaire quelques images.









Et puis à la sortie de la passerelle, bim, j'ai la joie de retrouver l'ami Nono ! Ca fait super plaisir !



On échange un petit moment sur les dernières aventures de part et d'autre, Montagn'Hard et la perfusion à l'arrivée pour lui, tendinite dur à dégommer pour moi. Bien sympa de se recroiser :)

Puis je file en laissant Nono faire des images avec sa GoPro. Sans aller très loin finalement car j'ai moi aussi fait une pause photo, immanquable avec ces vues :



Bon c'est clair maintenant il fait chaud. Voire très chaud. J'ai bien bu donc ca se passe pas mal. Je me décide tout de même à utiliser mon bidon d'eau comme "source d'arrosage". Le buff mouillé ca fait un bien fou, hop une petite rasade dans le dos, au top, ça aide à tenir.

A ce stade, pas de douleur dans la hanche, même si je pense ressentir quelque chose. Sans plus. Je préfère ne pas faire n'importe quoi et me décide à rouler sans excès en me rappelant que je veux juste finir, sans faire un temps. Avec le soleil, une tendinite ca peut aller vite et j'ai pas envie que la mienne revienne. Je lève donc le pied et me place en mode relax pour ne pas me blesser ou me mettre en risque dans ces conditions.

La déshydratation ça pardonne pas, j'ai déjà vu les dégâts que ça pouvait faire durant le skyrunning Drôme au mois de mai, donc je garde ma technique qui marche bien : boire très souvent par petite quantité et garder au mieux possible la tête au frais dans un buff mouillé.

J'arrive donc au premier ravito à la cool. Je veux remplir mes gourdes et simplement manger un bout de banane. Mais un seul tuyau d'eau sur place... pour plusieurs centaines de concurrents ayant déjà passé près d'1h30 en plein cagnard, c'est léger... Chacun prend donc son mal en patience pour recharger ou faire comme moi : arrosage intégral, ca fait un bien fou ! Je passe clairement trop de temps ici à cause de ce bouchon... mais bon on a dit pas de chrono. Donc pas grave. Et l'eau reste la priorité !

Je repars enfin après 7/8 min de break vers la première difficulté du parcours avec l'ascension d'une partie du Sénépy : +650 de dénivelé en une fois, majoritairement en plein cagnard. J'y retrouve Alexis avec qui j'aurais fait la fin de l'ascension, c'est cool cette course où l'on retrouve ses connaissances !

D'autant que le décor est toujours exceptionnel :






Panorama à regarder en plein écran ;)

Ca donne envie pas vrai ?

Alors pour être clair, la première difficulté n'est pas si difficile car pas technique du tout, par contre la faire avec 35°C c'est pas pareil. Bon coup de bambou à ce stade, beaucoup de gars mettent le clignotant pour breaker en montée... le soleil fait ses premiers dégats.

On arrive ensuite sur une belle descente qui pique vers le 2e ravito au 19e. Là j'ai pu envoyer un peu, prendre au passage quelques places, avec les Peregrine qui ne sont jamais mises en défaut sur ce terrain sec et rocailleux, autant dire que c'était rapide et super ludique !

On pique dans un village à la sortie de la piste. Et je rencontre un nouvel ami : "Chouette un lavoir !"
Plouf ! une jambe, puis l'autre, on refroidi les cuissots qui ont bien bossé dans la descente, on trempe le buff, on s'arrose copieusement et on repart ! Bon en fait le ravito 2 est juste après le virage :)

Je me restaure bien, banane, TUC, boissons. Je refait le plein des gourdes et du Camelbak.

Je m'auto félicite (des fois on s'aide comme on peut ^^) de l'avoir congelé plein la veille... car il me fournira de l'eau très fraiche durant 80% de la course ! Bon plan !

Là encore je prends mon temps. c'est un vrai ravito checkpoint qui marque le demi tour de la course. On se dirige maintenant à nouveau vers les passerelles pour les franchir dans l'autre sens. Je rallie donc rapidement celle du Drac en contre bas.

Mais la descente est très forte et fait beaucoup travailler les genoux... avec cette chaleur, ca commence à chauffer à l'extérieur du genou... Pas confiant je me calme et réduit l'allure. Ca reste gérable donc je traverse rapidement (en marchant) la passerelle : interdit de courir sinon élimination.

Pas le droit de courir sur les passerelles !






La deuxième passerelle est traversée, je suis davantage marqué par la température, mais heureusement un ravito permet de breaker un peu et refaire le plein d'eau. J'y retrouve encore Alexis que je laisse filer. Je sais que je vais finir, mais je joue la prudence. Il ne s'agit pas de repartir avec une TFL alors que la hanche semble réglée.

Ce ravito du 25e passé, on bifurque vers la 2e grosse difficulté du parcours : une nouvelle ascension en trois pallier (beaux poucentages) vers Côte Rouge : 500D+ sur 5km environ.

Bien flingué par la météo, je m'hydrate toujours au maximum, je me mouille la tête le plus possible pour ne pas entrer en surchauffe. Je fais même quelques pauses à l'ombre pour reprendre des forces et affronter le pallier suivant. C'était dur mais je suis monté, je me fixe comme objectif la descente qui arrive, le lac à l'arrivée ou j'irais inévitablement me refroidir et la bière du finisher... les mirages qui font avancer dans le désert quoi !

Une fois en haut, ben en fait c'est pas si simple. la descente a beaucoup de passages à 30% de déclivité... donc pour les courir...on se défonce les quadris déjà bien entamés par les autres descentes et la chaleur constante...étonnamment, j'ai pu la courir. Le genou ne s'est plus manifesté, la hanche toujours pas... nickel !

Mention spéciale aux bénévoles, qui à chaque virage te disent qu'il reste 500m... puis 200m, puis encore 500....Quand t'es cramé c'est long, et comme c'est plat, que t'es cuit parce que t'as couru dans un micro-onde plusieurs heures bah en fait... tu les marche ces mètres là !

Puis tu rejoins la plage de galets, il y a des spectateurs partout, ou plutôt des supporters !
Ils te poussent vraiment en scandant ton nom et en t'encourageant comme les élites de tête de course, toi t'es bon middle... c'est énorme quand des dizaines d'inconnus te poussent : "T'es quasi à l'arrivée et tu as fait le plus dur, tu peux encore courir, gogogo !" 

Un gros merci à ces personnes, car effectivement, grâce à eux, on les court les dernières centaines de mètres ! Cà, je crois qu'y a que dans le trail que tu l'as. T'es un anonyme lambda et on t'encourage comme si tu jouais la course de ta vie. Il faut le vivre, ca vaut le coup !

Puis j'ai passé la ligne, finisher ! Pas d'abandon cette fois, et pas de blessure non plus ! La fin de la traversée du désert (sans jeu de mot !) Me voila de retour aux affaires, cette course m'a fait un bien fou !

Une nouvelle félicitation à l'orga, pour le ravito d'arrivée, le meilleur que j'ai connu de ma modeste expérience sur une course pour son remplissage intelligent avec les pastèques & melons pour réhydrater et rafraîchir. Seul bémol : pas de bière à l'arrivée, dommage mais pas vital non plus hein.
Et surtout encore une fois : la gentillesse des bénévoles ! Toujours un mot sympa et hyper serviables surtout quand t'as pas encore récupéré toute ta lucidité ;)

Milles mercis !

LE moment de bonheur à l'arrivée !
Pour finir cette belle journée, Mathieu (5h56), Alexis (5h37) et moi (5h48) sommes tous les 3 finishers à quelques minutes d'intervalle chacun, dans la première moitié du classement scratch. On s'est visiblement tous régalés !

C'est donc au final une perf sympa, compte tenu des conditions difficiles : Ce 35km aura compté 67 abandons...ce qui est très important. Malheureusement l'ami Nono en fait partie, et je lui souhaite la meilleure récupération possible, pour refaire une virée ensemble asap ! (Rdv à Lyon quand tu veux ;))


En bonus, pour vous illustrer davantage toute la beauté de cette course :

  • la superbe Vidéo de Laurent Brière (vous me verrez à 1min55, merci encore)


Trail des passerelles du Monteynard 2015 from Laurent BRIERE - BEtrainedProd. on Vimeo.
Montage et réalisation : Laurent BRIERE (BEtrainedProduction) - Cadreurs : Norbert Di SCALA / Laurent BRIERE - Tous droits réservés. @juillet 2015. - www.betrainedproduction.fr


  • la vidéo officielle de l’événement (drone) par IdeeAlpe



Merci de votre visite et à très bientôt sur une sortie ou dans un nouvel article !


2 commentaires:

  1. Bien joué ! Course sage avec quand même un bon rythme et du plaisir, what else ? ;-) En plus avec la chaleur ça ne devait pas être simple. Content que les pépins physiques soient passés :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mazouth :) a bientot pour des sorties !

      Supprimer