lundi 6 avril 2015

Premier Trail long à Mirmande !


Dossard retiré le samedi !
29 Mars 2015, premier trail long à Mirmande !

Après ma reco de Février sur la première moitié du parcours, et toute ma préparation, j'étais à la fois impatient & inquiet.
Le théatre des événements : Village de Mirmande et les bosses de la forêt de Marsanne

Les derniers jours m'ont fait douter un peu... J'ai opté pour un gros break de régénération de près de 10 jours avant course histoire d'arriver frais et d'augmenter mes chances de finir en bon état.

Je récupère mon dossard le samedi au camping de la poche : un T shirt que je dédierais à la PPG à la maison.., deux compotes, une dose de boisson énergétique ergysport, quelques pubs et... un dossard 14.
Vraiment pas habitué à un si petit numéro quand on est débutant ! c'est la classe ! :)

La soirée se passe tranquillement, apéro St Yorre + Bière (le trail c'est du plaisir hein...). Repas équilibré, deux bananes et une pomme et zou au dodo tôt pour une bonne nuit de sommeil ! Au matin, levé 7h30 pour un départ à 9h. pratique d'être à 15 min du camping. Prépa des enfants, re deux bananes et une pomme, un peu d'hydratation... et on y va !

Samedi soir, tout est fin prêt !
Énorme hésitation sur les chaussures avant d'y aller... j'avais prévu mes New Balance spécialement pour les trails long mais je n'ai pas eu l'occasion de suffisamment les tester en amont.

J'ai donc décidé de jouer la sécurité en optant pour mes Asics qui feront donc un baptème de plus, cette fois sur du long !

Après tout, j'aurais bien d'autres occasions d'user les NB !

Coté matériel, je pars efficace : un coupe vent, deux bidons d'isostar et une poche d'eau, mon short/cuissard, une couche thermique + un t shirt, mon buff et mes lunettes !

La course aura 3 ravitos : 9, 24, 37e km. Je décide de ne pas m'arrêter au 9e, pour faire une courte pause au 24. 
C'est préférable selon moi avant de basculer dans l'inconnu de la suite du parcours et de la distance (je connais pas après 26km). Le 37e sera un arrêt obligatoire et nécessaire à mon avis. On verra.

Arrivée sur place, Ludovic Collet "The Voice", spécialiste des événements Trail, est déjà au boulot avec sa bonne humeur, c'est l'occasion de le saluer il n'y a pas grand monde encore :)

Petite photo couvert avant départ (faisait frais)
Les élites arrivent, Fleureton, Desplanches, Lenormand, Giguet... ça donne le ton, la course est sérieuse...

Faisait pas chaud lors de l'attente ! Je quitte donc la veste et part courir quelques foulées.
Au retour, "le pipi de la peur" à la base sanitaire, où je croise Frederic Desplanches. Je lui souhaite une bonne course sachant qu'il est favoris. Il me répond qu'il cherchera surtout à prendre du plaisir car il y a un gros plateau. Sympa, il me souhaite bonne chance pour mon premier long et me conseille de partir molo sur les 20 premiers km, car les derniers sont difficiles... je suivrais le conseil du pro !

Le départ est finalement décalé à 9h15. Tout le monde se regroupe derrière la ligne de départ.

Mon objectif : Finir dans le meilleur état possible !

Je me positionne donc en fin de groupe pour ne pas me cramer sur un départ trop rapide. Je me dis que sur 45km j'aurais le temps de doubler... et qu'il faut surtout courir à l'économie tout du long pour espérer finir.



L'organisation a choisi de faire au départ une boucle type cross de 600m pour étirer le peloton et espérer éviter les bouchons sur les premiers single... Super intention d'autant que le 26 et le 45 partent en même temps.

Un dernier coucou à mes chers supporters sur la boucle cross, et c'est parti pour l'aventure !

Mais la boucle de 600m n'aura pas suffit !

Dès le premier single, le groupe est directement bloqué de longues minutes sur les trois premiers km.

km 1 : 7:16/km, début du bouchon.
km 2 : 18:07/km, juste hallucinant
km 3 : 13:11/km, no comment...

J'avais jamais eu autant de bouchon même en urban... J'avoue avoir regretté ce départ en fin de groupe... plus de 20 minutes de perdues... c'est énorme.

Heureusement l'ambiance est détendue, petites blagues entre trailers. La satisfaction de VRAIMENT partir à l'économie...

Après tout, on part pour plusieurs heures... pourquoi se presser !

Puis ça se débloque, on arrive sur une descente technique déjà bien labourée. Je libère les jambes et double tous ceux qui se présentent comme hésitants sur ce chemin. Les descentes c'est ce que je préfère. On traverse un premier ruisseau, et dré d'dans ! on attaque la première vraie ascension. Je reprends quelques places pour me positionner car je sais que la suite on la marche ! (25 à 45% de côte)

Je choisis de reprendre quelques places !
A l'attaque !
La suite du parcours se déroule bien, je reprends des positions pour éviter d'avoir un nouvel effet bouchon à la prochaine côte. Km 9 ravito, sans arrêt comme prévu, je suis bien !
S'en suit la terrible "montée des sangliers", et pour ceux qui étaient autour de moi, effectivement, elle ne se court pas :)

Les vues sont d'ailleurs toujours aussi sympa par ce temps encore plus dégagé que la dernière fois.
Une vue encore plus éclaircie que lors de la reco
Vraiment chouette cette longue vue :)

Jusque là j'ai toujours eu du monde avec moi, puis arrive la bifurcation des parcours 26 et 45. Je prend ma voie et me retrouve tout seul, ca fait plaisir en fait ! je suis à mon rythme sans contrainte environnante, concentré sur mon effort.

A la sortie de la zone d'exploitation forestière je récupère en criant une concurrente qui n'avait pas vu la rubalise indiquant la suite du parcours en contre bas. Prise dans la descente elle filait tout droit et aurait pu perdre un temps considérable. (dédicace au grand Yo Stuck, si tu lis ces lignes ;)...)
Heureusement que j'avais fait une reco...

Ensuite la big montée du Grand Travers pour arriver à mon endroit favoris : la crête !
La vue est encore magique, une très belle récompense pour cette ascension exigeante...

Bon ok, j'ai pris le temps de faire quelques photos de la crête... j'ai pas pu résister :)

Requinqué avec un petit arrêt photo, je redémarre en direction du passage aux jonquilles.
Jambes coupées. Je me vois alterner course et marche... pas moyen de faire mieux pourtant c'est que les 21/22e km...Je m'inquiète d'être comme cela à ce niveau alors que d'habitude je n'ai pas ce genre de coup de mou. 
Patience ca va revenir... Je traverse donc les jonquilles comme cela... moment dur et je ne profites pas complètement de la beauté de l'endroit. 

(la photo ci dessous n'est pas de moi mais de photogones)

Le souhait de la reco est exaucé,  le passages des jonquilles est superbe ! des centaines de m² fleuris m'entourent !

Je parviens à recourir au niveau de la descente vers Marsanne, descente piégeuse et finalement assez rude pour les chevilles. Je ne fais pas de folie mais reprends quelques places tout en limitant ma vitesse jusqu'à arriver au ravito.

Marsanne ! Mon dernier endroit connu, qui marque pour moi la bascule dans le trail long. Je fais un ravito rapide, un peu de salé et je repars, motivé pour découvrir la suite !

Il y a quelques touristes qui pique-niquent au niveau des ruines médiévales et s'amusent de voir passer des cinglés pareils. C'est drôle, je me revois à leur place il y a quelques temps... :)

Je profites d'une petite descente sur bitume pour dégourdir les jambes, sans excès non plus, et je m'attaque à une côte longue. C'est dur, ce n'est pas violent coté pente mais c'est long... j'alterne course et marche au feeling... en ayant en mire un autre trailer avec qui on aura joué au yoyo jusqu'à la fin :)

Arrivé au col de la grande limite, je passe le 30e km et encouragé par les spectateurs je reprends un petit rythme. Le chemin file sous les éoliennes. C'est assez roulant même si mes jambes sont fatiguées. Mais ce n'est pas pour autant que je tourne à fond, en effet le sol est parfois en dévers et mes chevilles me font mal. Je contrôle chaque pas pour ne pas me faire davantage de dégats.

Ce passage depuis le col de la grande limite aura été dur. Je pense que j'ai avancé au mental en me disant : "si tu arrives à faire un pas devant l'autre, même en marchant, un par un, tu peux finir. Ne pas s'arrêter". C'est peut être ça le fameux mur ? ma tête a pris le relai à partir d'ici.

Finalement avec le recul je m’aperçois que la course et mon propre fonctionnement à changé à partir du 30e, je ne suis plus sur un rythme ou une distance connue, je dépasse ce que mon corps a l'habitude de gérer et je trouve d'autres ressources... c'est marrant on pense à plein de choses... la famille revient beaucoup... beaucoup d'autres choses simples mais bonnes pour le moral. Je vais à l'essentiel finalement ;)

La motivation fait une grosse remontée et les douleurs s'estompent. Étrangement après le passage des éoliennes, je me suis remis à courir en continu, parfois à bon rythme compte tenu de ce qui a déjà été fait...

S'en suit une grande descente caillouteuse où je file à bon train vers le ravito du 37e ! J'en profite pour remercier les bénévoles présents là ! Entendre les personnes du ravito encourager en criant à plusieurs centaines de mètres, à ce moment là, c'est intense et ça aide énormément ! MERCI.

Je fais finalement une (trop?) longue pause, y compris technique, signe d'une excellente hydratation ! Je mange surtout salé car écoeuré par mes gourdes d'isostar. 8 à 10min passent, c'est beaucoup et je sais que je repars pour finir.

Une belle conclusion pour cette aventure... FINISHER
La suite est comme me l'avait présenté Frederic Desplanches : Difficile. La fin de parcours est constituée de pentes fortes, caillouteuses et techniques, suivies de descentes techniques hyper pentues.
Mes genoux ont souffert à ces endroits à tel point que je préférais marcher pour ne pas me blesser ou glisser en ne maîtrisant plus ma vitesse. Ça change de d'habitude !

Arrive enfin la dernière côte : 3km pour presque 300D+. Ça pique et j'espère à chaque virage entendre Ludo au micro... Puis la dernière descente où je marche souvent pour soulager mes genoux et chevilles. Je suis impatient d'arriver.

Et juste après un talus, un virage qui donne vue sur le champs d'arrivée du camping de la poche. Je vois l'arche et le chrono... La petite famille attendait, et Mathilde me rejoint en courant pour finir avec moi en 6h55. Finisher. Le parcours aura finalement été de 47km pour 2300D+.
J'ai pris une belle cartouche :)

Je l'ai fait ! Je la voulait vraiment cette première expérience en trail long !

J'arrive en fait en bon état, et n'ai que des douleurs au niveau des articulations (surtout chevilles). Je n'ai surtout eu aucune crampe !

Un bain avec 2 grammes d'aspirine pour assurer à l'arrivée, petite sieste en même temps... et me voila rétabli ! les jambes redeviennent souples ! Ça tire un peu au niveau des tendons mais je marche normalement.
Restent les articulations à soulager, je fais comme d'hab : Cataplasmes & Arnica !
A J+3, plus de douleurs articulaires.

Beaucoup d'enseignements sur cette expérience :
  • L'hydratation, sur le rythme et la qualité, je pense être efficace ! J'éviterais surement de prendre deux bidons d'isostar car j'ai eu assez du sucré assez rapidement. De l'eau claire pour un bidon sera très bien. Mon camel ne m'aura pas beaucoup servi au final.
  • Ne plus partir en queue de peloton... les bouchons c'est vraiment pas cool.
  • Quand la tête prend le relai, on est capable de grandes choses !
  • Mes estimations ne sont pas trop foireuses : 6h30 estimé, donc en retirant le bouchon du départ, j'y suis... c'est cool
  • Gros travail musculaire à prévoir maintenant. Je dois gagner en puissance et en vitesse. Je vais travailler davantage en qualité. Je prévois quelques courses de consolidation/évaluation sous les 40km. J'effacerais des trails longs que j'avais prévu cette année pour améliorer mes cycles d'entrainements en qualité.
  • Ce chrono sera une bonne et facile référence à abattre étant donné ma course à l'économie et le caractère très exigeant du profil de ce trail.
  • Je vais investir dans un vélo pour l'inclure dans mon cycle d'entrainement et limiter les blessures, améliorer la récupération et gagner en puissance musculaire !
  • Enfin et surtout : je suis capable de finir une course de 7h :)


Merci d'avoir lu cet article et à bientôt pour de nouvelles aventures !

++






2 commentaires: